20 ans d’expertise dans les Terroirs de France

« Avec Reflets de France, je réalise à quel point les Français s’enthousiasment pour les produits terroirs et aiment qu’ils soient accessibles à tous en grande distribution ! »

Mon parcours
Après un parcours en magasin, j’ai occupé des fonctions en centrale d’achat. En 1996, j’ai créé avec Philippe Lauthier, la marque « Reflets de France » dédiée aux meilleurs produits de terroirs. En 2008, j’ai créé la marque « Discount » devenue « Carrefour discount ». En 2010, j’ai participé au chantier « Réinventer l’hypermarché », et j’avais la charge de tous les métiers alimentaires.

Ma définition de l’Enthousiasme
A mon sens l’enthousiasme, c’est avant tout le plaisir de partager et d’apprendre ensemble à partir des meilleures pratiques et d’une observation attentive du monde. Être enthousiaste, c’est nourrir l’ambition d’améliorer la condition humaine, la relation entre les hommes, la vie dans la cité et la relation à la nature.

Mes projets et mes passions : Le Mangeur
La distribution Française est confrontée à une mutation de son environnement économique, sociétal et technologique. Internet arrive et le monde change. Les consommateurs évoluent aussi. Place au plaisir, à l’efficacité et au profit immédiat ! Les valeurs et imaginaires auxquels les consommateurs sont sensibles se sont déplacés. L’hypermarché, figure emblématique des années 80 & 90, perd depuis le début des années 2000 une partie de sa capacité d’enchantement et se retrouve sur le banc des accusés pour son impact économique et sociétal. L’avenir des entreprises de distribution dépend en grande partie de leur capacité à le réinventer. Certaines enseignes ont réussi cette mutation, d’autres peinent à trouver leur voie pendant que de nouveaux acteurs émergent, remettant sur le métier, les grands principes qui ont fait le succès des entreprises du commerce dans le passé. Ils procèdent par déconstruction / reconstruction des principes et du savoir qui ont fait le succès des formules passées (Grands magasins, hypermarchés, supermarchés), à l’image du maçon qui construit son mur brique après brique. Or un mur du savoir doit parfois être abattu, non qu’il était mal construit, mais parce qu’il ne se situe plus au bon endroit au bon moment.

Les enseignes alimentaires n’échappent pas à ces mutations. Elles impactent directement leurs performances et leur rentabilité. Cependant une nouvelle synthèse créative est possible. Un nouveau projet d’entreprise « intégrant le meilleur état des connaissances dans un produit ou service permettant d’aller plus loin dans la satisfaction des individus et de la société ». Cette synthèse créative repose à mon sens sur la connaissance intime du « mangeur » (l’homme qui se nourrit).
Depuis la nuit des temps, le mangeur se livre à une activité essentielle à sa survie : la quête d’aliments. L’homme a ainsi élaboré patiemment les règles et principes qui gouvernent son alimentation. Il transmet de génération en génération ses découvertes. Chaque génération apporte sa pierre à l’édifice, son capital de connaissances qui représente son acquis, avant de le transmettre à la génération suivante. L’aliment est la résultante d’une série de processus qui transforme le produit issu de la nature en produit devenu peu à peu culturel.

Pourquoi adhérer au projet de Figures de France ?
Pour partager des expériences différentes, apprendre ensemble et faire naître de nouveaux projets enthousiasmants ! Ramenée à une génération, la vie de l’homme est courte. Ce qui génère en particulier de l’enthousiasme, c’est la transmission d’une génération à l’autre d’un savoir-faire acquis qui devient un savoir-plaire.

Pour en savoir plus

Linkedin