Responsable Fondation Foujita

« L’enthousiasme est contagieux ! »

Après quinze ans d’expérience de gestion et management d’entreprise, Carole Boivineau a fait le choix de changer de parcours pour se tourner vers la sculpture d’une part, et mettre ses compétences au service de l’art et des jeunes d’autre part. Elle a trouvé un rôle à sa mesure comme responsable de la Fondation Foujita, du nom d’un peintre japonais tombé amoureux de la France – peintre qui a d’ailleurs occasionné à Carole un véritable coup de foudre artistique et culturel. Les actions de cette Fondation, placée sous l’égide des Apprentis d’Auteuil, sont également des vecteurs de découvertes, d’apprentissage et de reprise de confiance en soi pour les jeunes en rupture scolaire, sociale ou familiale. Une vraie mine de satisfactions et surprises variées !

Comment l’enthousiasme vous a-t-il porté pour réorienter votre carrière ?
L’enthousiasme est contagieux, s’autoalimente, se cultive et ouvre le champ des possibles. Après une école de commerce et un beau parcours en gestion et management d’entreprises, principalement dans les secteurs de la Presse et de l’Edition, j’ai souhaité renouveler ma vie professionnelle pour retrouver motivation et dynamisme. Cela dit, changer de parcours n’était pas évident et j’ai eu des moments de doute, bien évidemment ! Etre enthousiaste m’a permis de retrouver une énergie positive, créatrice et porteuse de vitalité, de m’ouvrir à de nouvelles opportunités et rencontres. La fréquentation d’institutions culturelles, l’apprentissage de pratiques artistiques et un retour sur les bancs de l’école m’ont conduite à la fondation Apprentis d’Auteuil où je pilote désormais la Fondation Foujita.

Qu’est ce qui vous plaît dans ce nouveau métier ?
En développant les actions de la Fondation Foujita, je participe à des projets engagés, variés, créatifs et passionnants au service des enfants et des jeunes en difficulté. L’ensemble des pratiques artistiques sont concernées : dessin, peinture, sculpture mais aussi chant, théâtre, musique, photo, vidéo… en lien avec de nombreux artistes. Au fil de ces projets, je rencontre des personnes formidables, stimulantes et généreuses. J’ai également croisé la route d’un personnage singulier, Léonard Foujita, dont je découvre l’histoire passionnante un peu plus chaque jour. Je me suis également ouverte ainsi à la richesse de la culture japonaise.

Quelles sont les passions qui vous animent ?
Je considère que la culture érige l’individu et que les pratiques artistiques le libèrent. Quand je sculpte, mon esprit se vide et fait appel à des images stimulant ma créativité, mes doigts entrent en contact avec la matière et les volumes : cela me procure bien-être et sérénité – peut-être les prémices de ma 3ème vie professionnelle car les métiers d’artisanat d’art m’attirent énormément ! Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre émotionnel, corporel, intellectuel, familial et social. Je souhaite contribuer à donner cette opportunité au plus grand nombre. J’ai grandi dans un petit village du Périgord où seules les activités sportives étaient proposées mais ne me convenaient pas. Offrir la possibilité aux enfants d’accéder aux pratiques artistiques me parait essentiel, pour leur permettre de mieux se connaitre eux-mêmes, s’exprimer, découvrir leurs potentiels, affirmer leur personnalité, dans une rencontre constructive avec les autres. C’est le facteur d’un mieux vivre ensemble, à mon avis. Et un fameux projet d’avenir !

Pourquoi adhérer au projet de Figures de France ?
Je souhaite participer à cette initiative collective proactive afin de déclencher autour de nous des événements positifs, porteurs de sens, de rencontres et d’opportunités nouvelles.

Pour en savoir plus

Fondation Foujita

Linkedin

Entretien réalisé par Emmanuelle Beal – Le 16 Février 2016