Fondatrice de « CeQueJeVeuxFairePlusTard »

Je crois en la force de l’enthousiasme !

Marina Barreau voue son énergie au développement des potentiels, dans l’entreprise comme dans la vie quotidienne. Elle a consacré le sien pendant 20 ans à diverses entreprises, et depuis 2009 à son cabinet, Caminea, à travers lequel, en tant que coach, elle accompagne des dirigeants en s’appuyant sur le concept du « Management Sourire », développé à partir de sa propre expérience. Enfin, constatant que les jeunes sont en difficulté dans leur choix d’orientation, Marina fonde CeQueJeVeuxFairePlusTard pour aider les jeunes à révéler leur talent et leur donner confiance en leur potentiel. Adepte du Yoga, croyant fermement à la force de la vie, Marina est portée par son credo : « Tout est possible » !

Qui êtes-vous, Marina Barreau ?
Je crois être une chanceuse et je vois avant tout ce qu’il y a de beau, de positif et de talentueux chez l’autre. Je crois à l’expression « Tout est possible » : elle donne des ailes ! J’estime qu’être à sa place dans le monde contribue à construire un monde meilleur. J’ai développé cette vision de la vie au fil de mes expériences personnelles et professionnelles. J’ai grandi dans un petit village lorrain et suis venue à Paris pour faire mes études supérieures : au CHU de la Pitié-Salpêtrière où j’obtiens un diplôme de Psychomotricité. Pourtant, mon parcours professionnel évoluera pendant 20 ans essentiellement au sein du Groupe PagesJaunes où j’occupe successivement des fonctions commerciales et marketing, puis, après un MBA à HEC et 16 mois passés sur le campus, je prends la direction générale de Mappy, start-up de l’Internet dont je développe le potentiel avec une équipe talentueuse et motivée. J’ai toujours considéré que l’homme et l’entreprise pouvaient progresser ensemble, que qualité de la relation et confiance représentaient les piliers du succès. Forte de mon expérience, je crée Caminea en 2009 pour transmettre mon savoir-faire et développer le savoir-être des managers et dirigeants, selon mon concept de « management sourire ». En 2013, je décide de créer CeQueJeVeuxFairePlusTard pour aider les jeunes à révéler leurs talents et à trouver leur voie. Les séjours organisés permettent à chaque jeune de connaître ses motivations profondes, de savoir ce qui le rend unique, de prendre confiance en lui et de construire son avenir professionnel.

Quel est le cœur de votre enthousiasme ?
Je suis d’une nature très optimiste et je crois à la force de la Vie. Depuis plusieurs années, je consacre mon temps et mon énergie à aider les jeunes et à leur permettre de prendre leur place dans ce monde afin de s’épanouir. J’aime rassembler des personnes qui se mobilisent pour réaliser un beau projet. Etre dirigeante et développer des projets ambitieux en permettant à chaque collaborateur de se développer personnellement constitue pour moi une raison d’être et une fierté.
J’aime également échanger et passer du temps de qualité avec les personnes que j’aime, transmettre et aider l’autre à mieux vivre sa vie. Je suis ainsi très attentive à ma famille, la « FormiFamily », qui est mon socle et que j’ai à cœur de rendre « heureuse ». Adepte du yoga depuis presque 10 ans, je m’intéresse à toutes les opportunités qui me sont offertes pour renforcer ma conscience et apporter à l’Autre ce qui lui permet de développer son potentiel.

Qu’est ce qui vous plaît dans le projet de Figures de France ?
Je crois en la force de l’enthousiasme, de la pensée positive, de l’envie, du partage et du bonheur. Ce sont pour moi des piliers fondamentaux pour construire un monde meilleur car l’union fait la force. La devise qui m’a toujours animée est « sens + plaisir = performance », je l’ai expérimentée à plusieurs reprises avec succès. J’ai ressenti ces mêmes ingrédients quand je suis venue à une réunion Figures de France.

Pour en savoir plus
www.caminea.com
www.cequejeveuxfaireplustard.com
www.marina-barreau.com, blog où le « management sourire » est au service des parents dans leurs relations avec leurs enfants et adolescents

Entretien réalisé par Emmanuelle Beal – Le 27 janvier 2016